titre accueil site
Fiche-detaillee Resultat-de-la-recherche,129 Resultat-de-la-recherche Notice-detaillee Resultat-de-la-recherche,139

Type : batterie de côte
Ingénieurs : Sébastien le Prestre de Vauban, Isaac Robelin
Département/ Région : Finistère, Bretagne
Coordonnées : 46°36’26’’ N ; 4°35’12’’ O

La construction du fort Cézon et la protection de Brest

Le fort Cézon est édifié sur l’île du même nom par Vauban afin de protéger l’entrée de l’Aber Wrach, une baie bretonne qui peut servir de port de débarquement ennemi, en direction de Brest. Vauban avait déjà repéré le site en 1685 et projetait d’y construire une batterie. Prévu pour abriter un capitaine de port, deux lieutenants et dix soldats, le projet est repris en 1694 alors que Vauban vient de repousser les Anglais à Brest. Il construit un ensemble comportant une tour réduit à sept embrasures, entourée de deux batteries de côte et d’une courtine côté terre, elle-même défendue par deux demi-bastions et un petit fossé. La porte est localisée dans ce front. Le fort est doté de plusieurs bâtiments : casernes, corps de garde, magasins aux vivres et à poudre, guérites et un logement du gardien. Dix ans plus tard, l’ingénieur Robelin y ajoute un front bastionné pour en renforcer la protection.

Le fort Cézon aux XIXe et XXe siècles

En 1811, les ingénieurs abandonnent les retranchements externes. En 1859, un nouveau magasin à poudre est édifié, couvert à l’épreuve des bombes par un talus de terre, et d’une capacité de dix tonnes. Le fort est déclassé en 1889. Il retrouve une fonction militaire dans les années 1940 lorsque l’armée allemande s’en sert comme poste de vigie et d’artillerie du Mur de l’Atlantique. Dix-sept blockhaus ont été construits sur l’île et de nombreuses tranchées ont été creusées.

État actuel

Le fort Cézon existe toujours. Propriété privée depuis 1957, il est régulièrement ouvert aux visites en période estivale et accueille de nombreux événements, grâce à l’implication de l’association Cézon qui procède à sa restauration et à sa valorisation. L’île est accessible à pied, à marée basse. Le fort Cézon, tour compacte, illustre l’évolution des conceptions de Vauban pour les fortifications côtières.

Orientation bibliographique

  • FAUCHERRE (N.), LECUILLIER (G.), La route des fortifications en Bretagne Normandie, Paris, 2006.
  • Inventaire Général de Bretagne, http://inventaire-patrimoine.region...
  • LEVOT (P.), Histoire de la ville et du port de Brest, Brest-Paris, 1865, p. 47-48.

Légendes (de haut en bas) :
  • Vue aérienne de l’Île Cézon et de son fort, GoogleEarth, 28/07/2010.
UNESCO RSMV