titre accueil site
titre centre de ressources
image centre de ressources
titre acces au centre de ressources
Mission de sauvegarde pour les fortifications de Vauban à Briançon
Imprimer

Une délégation d’experts d’Europa Nostra, la principale organisation européenne du patrimoine, et de l’Institut de la Banque européenne d’investissement (EIB-I) s’est rendue sur place les 23 et 24 septembre pour accompagner les autorités locales dans la définition d’une stratégie de restauration, d’aménagement et de redéveloppement des forts briançonnais. Seul, le coût de leur restauration est aujourd’hui estimé à 100 millions d’euros.

Située au carrefour de cinq vallées alpines aux portes de l’Italie, Briançon est l’une des villes fortifiées les plus spectaculaires de France. Au XVIIe siècle, Sébastien Le Prestre de Vauban, le célèbre ingénieur militaire du roi Louis XIV, s’est vu confier la tâche ardue de concevoir ces fortifications dans les montagnes. Ce chef-d’œuvre, considéré comme l’un des plus aboutis dans le monde et reconnu par l’UNESCO en 2008 parmi le réseau des 12 fortifications conçues par Vauban en France, est aujourd’hui sérieusement menacé par la dégradation des fondations rocheuses, les fortes gelées et le manque d’entretien général.

Charles Pictet, membre du Conseil d’administration d’Europa Nostra et conseiller du programme ‘Les 7 les plus menacés’, précise : « Les fortifications de Vauban a Briançon ont été sélectionnées dans le cadre de ce programme puisqu’il s’agit d’un site unique dans la mosaïque de la culture européenne. »

La mission d’expertise a permis à la délégation de prendre toute la mesure de l’ampleur de la tâche.

Campbell Thomson, conseiller technique auprès de l’EIB-I : « Ce qui est difficile à comprendre à distance est l’étendue de ces fortifications. »

Si la communication Y, l’enceinte urbaine et les forts des Salettes, du Randouillet et Dauphin appartiennent à la ville, le fort des Têtes appartient, lui, toujours au ministère de la Défense qui ne l’occupe plus depuis quelques années.

Işik Aydemir, président du Conseil scientifique d’Europa Nostra, a « félicité l’ensemble des autorités pour la remarquable qualité des travaux de sauvegarde réalisés jusqu’à présent et souligné leur importance au regard du caractère exceptionnel de ces fortifications à l’échelle mondial. »

Plusieurs démarches ont été entreprises par la municipalité pour attirer de nouvelles activités dans les forts. Le potentiel est énorme. Seulement, avant de redonner vie aux bâtiments, quelques défis majeurs restent à relever, dont le principal est la remise en état des ouvrages. Afin de formuler une stratégie de redéveloppement pour ce lieu d’exception et de mobiliser les fonds nécessaires à cette opération d’envergure et de prestige, la Ville de Briançon et le Réseau Vauban ont fait appel à l’expertise des organisations européennes.

"Seul le coût de leur restauration est aujourd’hui estimée à 100 millions d’euros," précise Gérard Fromm, Maire de la Ville, qui a déjà fait étudier plusieurs scénarii de reconversion. "Il y a de belles possibilités de réutilisation pour ces lieux emblématiques, compte tenu du tourisme à deux saisons et de la proximité de grandes villes comme Turin, Milan, Marseille et Grenoble."
"Nous sommes aujourd’hui arrivés à un stade crucial ; des choix doivent être faits rapidement afin d’éviter des dégradations irréversibles. Il faut arriver à un niveau de restauration générale qui permette d’envisager des projets de réutilisation," ajoute Michel Trubert, membre du Conseil scientifique du Réseau Vauban dépêché sur place pour mettre son expertise à disposition.
"Dès l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en 2008, l’état de conservation préoccupant était signalé. Il est donc temps d’agir et de trouver des partenariats intelligents pour conforter les efforts considérables faits par les autorités publiques," affirme Marieke Steenbergen, responsable de la Mission Réseau Vauban à l’initiative de la candidature au programme ‘Les 7 les plus menacés’.

Cette expertise européenne, jointe aux soutiens précieux des acteurs locaux et régionaux dont les principaux étaient représentés durant la mission, devraient aboutir à la définition d’une stratégie de développement qui sera présentée lors de la Conférence politique européenne du patrimoine organisée par Europa Nostra à Bruxelles le 5 décembre prochain.

UNESCO RSMV