titre accueil site
Fiche-detaillee Resultat-de-la-recherche,129 Resultat-de-la-recherche Notice-detaillee Resultat-de-la-recherche,139

Type : enceinte urbaine et citadelle
Ingénieurs : Juan Batista Calvi, Sébastien le Prestre de Vauban, Jacques de Borelly de Saint- Hilaire, Christophe Rousselot
Département / Région : Pyrénées-Orientales, Languedoc-Roussillon
Coordonnées : 42°41’55’’N ; 2°53’44’’ E

Les premières fortifications de Perpignan

Établie sur un site stratégique depuis l’Antiquité, Perpignan devient la résidence des comtes de Roussillon à la fin du Xe siècle. C’est à cette époque qu’elle reçoit ses premières fortifications sous la forme d’une Cellera primitive, très vite remplacée par une première enceinte urbaine dont il ne subsiste rien aujourd’hui. La seconde enceinte est édifiée par les rois de Majorque à la fin du XIIIe siècle. Son périmètre est agrandi et elle est équipée d’une trentaine de tours et de dix portes. Le palais des rois de Majorque est construit de 1274 à 1344.
Occupée par les armées de France de 1463 à 1473 puis de 1475 à 1493, la ville est restituée à l’Aragon et devient place forte avancée de ce royaume puis de l’Espagne unifiée contre la France. Une imposante citadelle est construite autour du palais des rois de Majorque sous l’occupation française. À partir de 1555, les fortifications urbaines de Perpignan reçoivent leurs premiers ouvrages modernes : six bastions puis deux demi-lunes sont édifiés devant l’enceinte par l’ingénieur espagnol Juan Bautista Calvi. La citadelle est remaniée. Ces premiers chantiers s’achèvent en 1577. La ville est prise par les armées de Louis XIII en 1642 et passe définitivement sous la possession du royaume de France avec le traité des Pyrénées de 1659.

L’évolution des constructions entre le XVIIe et le XIXe siècle

Après l’annexion de la Catalogne française, Vauban et Saint-Hilaire réalisent un premier projet pour Perpignan en mars 1669. Ce projet n’est pas appliqué mais le second projet, dessiné au printemps 1679, en reprend les principes en prévoyant en plus l’ajout de guérites et corps de garde. Les bastions espagnols sont agrandis et d’autres sont créés. Des demi-lunes et un chemin-couvert avec places d’armes sont édifiées au-devant des fossés, le tout étant précédé d’une vaste place. La citadelle est remaniée et transformée en forteresse hexagonale légèrement irrégulière à six bastions. Cinq nouvelles demi-lunes complètent l’ouvrage espagnol. La place d’armes de la citadelle est réaménagée et de nouvelles casernes sont construites. Au XIXe siècle, deux casernes casematées mettent un point final à l’aménagement de la citadelle. En 1885, le fort de Serrat d’en Vaquer est construit au sud de la ville pour augmenter la protection de ce côté. Il s’agit d’un fort de type Séré de Rivières.

État actuel

Les casernes de la citadelle sont toujours occupées par l’armée. Seuls les défenses externes et les fossés ont disparu. Le Palais des Rois de Majorque, classé au titre des Monuments historiques en 1913, est la propriété du département depuis 1958 et est ouvert au public. L’enceinte de Perpignan a été déclassée en 1901 et démolie en deux temps pour être remplacée par des boulevards urbains : le front nord a été démoli de 1904 à 1906, le front sud de 1929 à 1931. Il n’en subsiste que le bastion Saint-Jacques et une muraille médiévale dont les tours ont été réaménagées en habitations. La porte du Castillet en est un vestige. Les casernes du XVIIe siècle, proches du bastion Saint-Jacques, sont elles-aussi reconverties en logements. Le fort Serrat d’en Vaquer est bien conservé et est ouvert au public. Pour documenter l’étendue des remparts, le meilleur document est le plan-relief réalisé au 1/600e, construit en 1686 et conservé au Musée des Plans-Reliefs de Paris.

Orientation bibliographique

AYATS (A.), Les fortifications de Vauban, Découverte guidée en pays catalan, Canet, 2005.
DE ROUX (A.), Villes neuves, urbanisme classique, Paris, 1997.
DE ROUX (A.), Perpignan, de la place forte à la ville ouverte Xe-XXe siècles, Perpignan, 1999.
FAUCHERRE (N.), La route des fortifications en Méditerranée, Paris, 2007.
WARMOES (I.), Le musée des Plans Reliefs, Paris, 1997, p.54.


Légendes (de haut en bas) :
  • "Perpignan, plan de 1693", in Recueil des plans des environs de plusieurs places du Royaume faits en l’an 1693, [Paris], pl. 39, gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.
  • Vue aérienne de Perpignan, GoogleEarth, 25/08/2010.
UNESCO RSMV